no data
slide show PDL
no data no data no data no data no data




Hypothèse 1


C’est en respectant la double dimension de l’apprentissage que la langue étrangère s’acquiert le mieux.


Acquérir ou apprendre une langue étrangère suppose non seulement l’acquisition de sa prononciation, de sa syntaxe, du lexique et de la culture de cette langue (objectifs de surface), mais aussi le développement d’attitudes, d’aptitudes et de comportements qui favorisent l’acquisition de toute langue (objectifs profonds : disponibilité, empathie, capacité d'écoute, d'observation, discrimination auditive, flexibilité vocale...). Les personnes considérées comme „douées pour les langues“ maîtrisent certains de ces objectifs profonds, il est donc essentiel de les intégrer dans l’apprentissage des langues étrangères.


Hypothèse 2


La sensibilisation des participants aux caractéristiques prosodiques et segmentales de la langue étrangère facilite son apprentissage.


Il importe de sensibiliser, dès le début de l'apprentissage, les participants aux caractéristiques prosodiques et segmentales de la langue étrangère (son rythme, sa mélodie, sa dynamique syllabique, ses sons) à l'aide de techniques qui développent une écoute et une reproduction vocale précise. Les participants entrent ainsi en résonance avec cette langue, qui leur devient plus familière et donc plus facile à intégrer.


Hypothèse 3


La création d'un lien direct entre le participant et sa parole, facilite d'apprentissage de la langue étrangère.


Au début de l'apprentissage, la langue trouve sa source dans les participants et le groupe grâce à des activités-cadre qui stimulent leur désir d’expression. Ces activités fondées sur des principes projectifs, associatifs, dramaturgiques, ou situationnels leur permettent de s’exprimer à travers leur perception du réel ou leur imaginaire. Ces activités permettent de rencontrer les participants là où ils se trouvent et de les suivre dans leurs désirs d’expression, au lieu de les précéder avec un programme qui leur est étranger. Ainsi naît une unité entre le locuteur et sa parole, ce qui facilite la compréhension, la rétention et l'intégration de la langue étrangère.


Hypothèse 4


L'apprentissage est facilité par des procédures qui associent continuité et changement.


Des techniques spécifiques (recharge, reprise modulée de la séquence, variation des paramètres de la situation...) permettent un apport et un réemploi de matériaux linguistiques nouveaux ainsi qu'un élargissement et un approfondissement des connaissances. Ces activités offrent une cohérence interne par rapport à la conception méthodologique de l'apprentissage et au projet d'enseignement en suivant un enchaînement à la fois flexible et précis qui offre un cadre sécurisant aux participants et aux enseignants.


Hypothèse 5


C’est en respectant les fonctions fondamentales du langage comme moyen d’expression, de communication et de relation dans le groupe que la langue étrangère s’acquiert le mieux.


La langue étrangère devient moyen d’expression, de communication et de relation entre les membres du groupe et non simple objectif d’apprentissage. La fonction symbolique du langage s'exprime en particulier à travers les activités qui font appel à l'imaginaire du groupe. Les participants acquièrent directement une connaissance de la langue en action et en interaction (apprentissage expérientiel). La langue est vécue et acquise plutôt qu’apprise de manière abstraite. Le savoir vient se greffer sur la connaissance.


Hypothèse 6


C’est en suivant son propre chemin d’apprentissage que chacun progresse le mieux.


Chacun acquiert la langue étrangère en fonction de sa résonance individuelle à la langue qui circule dans le groupe. Ainsi se développe une pédagogie de la différence qui se distingue d'une pédagogie de l'uniformisation et qui permet à chacun de suivre un parcours individuel dans la découverte de la langue étrangère.


Hypothèse 7


C’est en suivant son propre rythme d’apprentissage que chacun progresse le mieux.


Chacun est sa propre référence dans l’apprentissage. A la notion de programme et d'imposition, la PDL substitue la notion de proposition, dans laquelle chacun est coresponsable de son apprentissage. L'apprentissage de la langue étrangère est considéré comme un processus individuel en groupe.


© Bernard Dufeu, 1995